Petits conseils pour ne pas devenir fou à cause du temps.

Vous trouverez toujours des gens pour vous dire que « mais non cet hiver n’a pas été si dur que ça », « qu’on n’a pas eu beaucoup de neige » ou « qu’en 2013 c’était pire ». Mais la vérité c’est qu’on a eu l’hiver le plus venteux depuis l’invention du vent et même Météo France ne va pas tarder à cracher le morceau. Début mai, quand l’hiver sera sur le point de se terminer.

On nous a prévenu depuis quelques années déjà, pour nous, à Saint-Pierre et Miquelon, « réchauffement climatique », expression pourtant pleine de promesses, va seulement signifier  une considérable augmentation du nombre de jours de grand vent. Voilà, ça va être ça notre réchauffement ici. Ça c’est fait, circulez, y a rien à voir !

Côté température, ce matin, je ne vois pas à travers mes fenêtres, elles sont bloquées de neige, c’est à dire, que la neige humide s’agglomère sur les carreaux et que la maison se trouve aveugle du côté ouest, donc ça veut dire qu’il ne fait pas très froid. Maigre consolation. (Explications pour ceux et celles qui n’ont jamais vécu ça).

IMG_7861

Ailleurs, en France, les oiseaux chantent, les magnolias sont en fleurs, les cafetiers sortent leurs tables de terrasse et on se préoccupe du pollen.

Côté pollen, ici pour les semaines à venir, on est bon. Rangez vos Aérius !

Ceci étant dit, il faut quand même bien être heureux dans ce monde hostile non ?

Et puisqu’on est là pour rester, il faut réfléchir à des stratégies bien-être. Voilà ce que je me suis dit…

Mon premier conseil et le seul qui vaut vraiment quelque chose, mon Grand Un et mon Grand Tout:

  1. Dans la vie, il faut choisir ses batailles.

Se battre contre la météo, même si c’est particulièrement tentant ici, et qu’on en a presque tous les jours l’occasion, ne mène à rien. On pourra s’arracher les cheveux, se couvrir de cendres et se griffer le visage, on n’arrivera pas à faire baisser le vent.

IMG_2584

Ça va sans dire mais je n’ai compris ça que cette année. Mieux vaut tard que jamais, mais ça a changé ma vie. Donc, on se le répète, « je choisis mes batailles, je choisis mes batailles etc » plusieurs fois par jour et à force, ça rentre. Et on fait avec ce que le ciel nous envoie.

2. Parvenir à trouver agréable ce qui ne l’est pas a priori.

Et l’enjeu est important. Il en va de notre santé mentale, les amis, rien de moins !

Donc, hop, changement de paradigme, inversion de la vapeur : on se dit, et au début il faut se forcer un peu, c’est sûr, « C’est chouette cette neige et ce vent ». Il faut une bonne dose d’optimisme béat, ça demande un peu d’entraînement. Puis, c’est essentiel pour « ma méthode »: on va dehors se promener, pour être DANS la neige et le vent, justement.

J’ai testé: je l’ai fait tout l’hiver, un tour de Cap aux Basques minimum tous les jours, par tous les temps. Et je me suis vite rendue compte que:

  • le temps est moins mauvais quand on est dedans que quand on le regarde par la fenêtre,
  • pas une seule fois j’ai regretté d’être sortie me promener, (ah ! le coup d’thé chaud quand on arrive !)
  • en course à pieds, le vent est horrible mais quand on marche, il a trois effets assez plaisants:
    • de face, il nous retient, et alors on s’appuie dessus (oui, ici c’est possible !)
    • de dos, il nous pousse et on marche vite en ne touchant presque pas terre,
    • de côté, il nous balaye. C’est ce que je préfère.
  • Steve Jobs, ou un autre, a inventé le podcast et depuis ça, sky is the limit.  Le Masque et la Plume,  Guillaume Galliène et Jean-Claude Ameisen dans l’ipod et peu importe le vent, on est à Paris, au Salon du Livre ou à la Comédie Française.

C’est simple et à la portée de tout le monde, et ça fait son petit effet, je vous assure.

3. Le monde est grand et on est tout petit

Regardez la carte du monde.

Trouvez Saint-Pierre et Miquelon.

Mince ! C’est là qu’on VIT, sur ce microscopique archipel. Est-ce que c’est vraiment étonnant qu’on ait des conditions de vie un peu brutales parfois ?

Ce n’est pas la peine de pleurer sur Facebook, c’est une tête d’épingle au milieu de nulle part. Forcément les vents soufflent à mort là-dessus. Mais connaissez-vous d’autres gens à part vos voisins qui se gréent comme Nicolas Vanier quand il part avec ses chiens pour faire l’Odyssée Blanche ? Hé ! pour nous c’est presque tous les matins d’hiver qu’il faut s’équiper comme au Pôle Nord ! Les autres gens écrivent des LIVRES quand ils vivent notre quotidien. Mais pas nous, on est trouve ça normal.

Ah ! On est probablement tous un peu fêlés de vivre ici, mais comme le disait Michel Audiard, « heureux soient les fêlés, parce qu’ils laissent passer la lumière. »

Courage tout le monde ! on y croit !

Publicités

6 réflexions sur “Petits conseils pour ne pas devenir fou à cause du temps.

  1. J’ai récemment trouvé d’autres informations, au sujet de Saint-Pierre-et-Miquelon. Elles traitent notamment des températures et des précipitations. Leurs moyennes, mois par mois, au moins en ce qui concerne les températures, ne me semblent pas trop différentes de ce que je connais dans la plaine d’Alsace. C’est moins chaud en été, certes, mais nettement moins froid en hiver que ce à quoi je m’attendais. C’est même moins froid que certaines températures du dernier hiver alsacien.

    Je crois que j’ai de plus en plus envie de venir, au moins pour un premier séjour.

    Merci pour les informations ! Au fait, qu’en est-il de ce micro-climat de l’étang de Mirande ?

  2. que tout cela est vrai .J ai passé plus de 3 ans à ST Pierre et n ai pas connu un tel temps à cette époque de l année ..J ai par contre pris des coups de soleil un midi de février 2011 ou nous avions pris le café à l abri du vent sur une terrasse !!Par contre , je sais aussi les difficultés qu ont les habitants en fin d hiver ( ces petites dépressions connues aussi en métropole en février )et la nécessité d aller vite en mars et plutot avril chercher le soleil sous des latitudes plus tropicales !! il est certain que bougir , sortir , quand on le peut contribue à vaincre cette sinistrose ambiante …bon courage et vive le printemps ..au soleil

  3. Quand on me dit qu’on est en pleine tempête de neige ici à Montréal ou à Sherbrooke où la neige tombe à la verticale, j’éclate tellement de rire qu’on est obligé de me taper dans le dos pour ne pas que je m’étouffe et c’est pas à cause du poudrin (;-) .

  4. on a du mal à vous comprendre, nous, au bord de la Méditerranée. J’ose à peine vous répondre.
    Je pense que je ne vais rien dire, que je ne peux rien dire car ça tournerait au « blasphème ». YC

  5. Bonjour,
    J’ai connu cela en 2004, une superbe tempête fin avril (coincée à Terre Neuve)..
    Et puis il y a les Délices de Joséphine, moments heureux partagés avec Kareen, Chantal, Mélanie, qui réchauffaient le coeur et le ventre!
    Cordialement
    Michèle C

  6. Très sympa cet article encore une fois. Le texte, la façon de rédiger nous transporte sur place quelques instants comme si on était habitant de St Pierre. J’avais aussi beaucoup aimé l’article sur Halifax, pour les mêmes raisons. J’attends avec impatience d’autres articles de la même facture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s